Interview : Découverte du Nia avec Tiina

Faire du sport peut nous réjouir tout comme nous faire fuir. Nous savons tou·te·s qu’une activité physique est essentielle pour notre santé mais nous ne sommes pas tous·tes égaux.les face à la motivation. Alors comment la (re)trouver et la faire durer ? Afin de ne pas renoncer aux premières difficultés rencontrées, il faut probablement choisir une activité qui nous fait plaisir !

J’ai donc choisi d’interviewer Tiina, intervenante Nia à Rennes, afin qu’elle nous éclaire sur cette pratique qui semble correspondre au sport plaisir et accessible à tous·te !

Photographie fournie par Nia Technique (www.nianow.com)

Jennifer nous parle souvent du Nia. Peux-tu nous présenter cette discipline en quelques mots ?

Le Nia est un sport joyeux qui allie les arts martiaux, les arts dansés et les arts du bien-être. C’est une pratique holistique pour le corps, pour le mental, pour les émotions et pour l’esprit.

Quelles sont les bienfaits du Nia ? Sont-ils ressentis rapidement ?

Il y en a plein ! Et on peut  les ressentir dès la première séance ! Pour moi, le bienfait essentiel est le plaisir de bouger son corps, tout simplement, ainsi que la joie et la vitalité que cela apporte. Il y a bien sûr tous les bienfaits du sport, comme une meilleure santé et une meilleure forme physique, mais aussi une meilleure qualité de sommeil, plus d’énergie, etc…  Les chorégraphies développent la coordination et font du bien à notre cerveau et à notre système nerveux. 

Le Nia s’adresse à l’être humain dans sa globalité, donc on peut aussi ressentir plus de confiance en soi, plus d’équilibre émotionnel, et plus de clarté mentale. Cette globalité est très intéressante et c’est ça qui me plaît dans le Nia !

Photographie fournie par Nia Technique (www.nianow.com)

Peux-tu nous parler de ton parcours et de ce qui t’a amenée à devenir intervenante de Nia ?

J’ai découvert le Nia en Finlande, mon pays d’origine. Une amie m’a invitée à découvrir cette pratique. Pour moi, qui avais pratiqué le yoga et la méditation, il y avait des choses familières dedans… Avec la musique et la joie ! J’ai beaucoup aimé cette combinaison, même si au début je ne me sentais pas à l’aise avec les chorégraphies et je ne me sentais pas très “danseuse”…

J’ai découvert le Nia à un moment où nous avions décidé de divorcer avec mon mari et j’étais en plein changement de vie. Cette pratique m’a fait beaucoup de bien au niveau émotionnel. Je sortais des séances plus équilibrée et j’avais plus confiance en la vie.

Un an et demi plus tard, j’étais en voyage en camion en Europe de l’est. J‘éprouvais un besoin de bouger mon corps et j’ai repensé au Nia. Je me suis inscrite à ma première formation de Nia la veille du Nouvel An 2015. Je ressentais que c’était un pas important pour moi, mais je ne savais pas encore pourquoi. Pendant la semaine de formation en Allemagne, j’ai commencé, petit à petit, à réaliser que je pourrais un jour enseigner cette pratique même si ça me faisait très peur ! Pendant les mois qui ont suivi, j’ai appris ma première routine Nia (ensemble des chorégraphies qui constituent un cours) et j’ai donné mon premier cours dans un petit village, en Grèce.

En septembre 2015,  j’ai déménagé en France, à Redon. Au début, j’ai proposé des ateliers ponctuels de Nia et à la rentrée 2016, j’ai commencé les cours hebdomadaires. D’abord à Redon et l’année suivante aussi à Rennes.

Dans un pays étranger et dans une langue étrangère, j’ai appris ce nouveau métier de prof de Nia… Quelque chose que je n’aurais jamais imaginé il y a quelques années ! C’est un travail de rêve que j’adore !

Combien de temps par semaine consacres-tu au Nia ?

Ça dépend de ce que l’on compte ! 😀

Actuellement, je donne 4 h de cours par semaine : trois cours classiques (deux à Rennes et un à Redon) ainsi qu’un cours adapté dans un établissement scolaire. En plus, il y a le temps de préparation de mes cours, le Nia « perso » juste pour moi, plus les pratiques de Nia que j’utilise dans ma vie… Le temps varie selon les semaines, mais en général, je dirais entre 6 et 15 heures par semaine.

Photographie fournie par Nia Technique (www.nianow.com)

Pratiques-tu d’autres disciplines ?

Depuis le début de ma pratique de Nia je me sens de plus en plus danseuse ! 🙂 Je participe régulièrement à des ateliers de danse et de mouvement. Je participe aussi à des créations danse et je continue à faire du yoga et de la méditation de temps en temps. Et je fais du vélo tout le temps ! 😀 Même si je le considère plus comme un moyen de transport qu’une discipline…! 

Quels sont tes moments préférés pour faire du sport ?

Je n’ai pas vraiment de moment préféré pour le sport, j’aime autant le matin que le soir !

J’adore quand même mes petits moments de mouvement, le matin. Ce n’est pas forcément du sport, plutôt des pratiques qui réveillent mon corps et ma conscience. Je varie les pratiques selon mes envies, la période et mes ressentis… Je fais ça depuis des années et ça commence bien ma journée.

As-tu des conseils à donner toutes celles et ceux qui ont envie de se (re)mettre au sport ou de pratiquer plus régulièrement ?

Je pense qu’il est essentiel de prendre du plaisir à faire ce que l’on fait ! Si la pratique donne beaucoup de plaisir, on a moins besoin de se forcer, car cela vient plus naturellement. Pourtant, c’est important de créer des circonstances qui favorisent le sport, de construire une régularité et d’être engagé·e dans sa pratique… sans se juger, même si parfois on rate une séance !

Par exemple, l’été dernier j’ai loué une salle dans ma ville d’origine, en Finlande, pendant les vacances d’été pour pouvoir faire du Nia. Je savais que sans cet arrangement, j’en aurais fait beaucoup moins.

Pour plus de succès, il faut accepter et être content·e d’avancer à petits pas. Avec trop d’exigence, on est facilement déçu.

Quels sont tes prochains projets ?

Cette année, je plonge dans les formations sur le thème du mouvement ! Je vais repasser la ceinture bleue de Nia en Angleterre au mois d’avril et la ceinture marron à Paris au mois de juin avec Debbie Rosas, la créatrice de Nia.

Et ce n’est pas tout… Pendant l’année scolaire 2020-2021 je serai en formation de danse et de somatique en Finlande. En parallèle, je vais suivre une formation intitulée “L’art du mouvement – processus somatique, créatif et performance”à Marseille.

De quoi rester inspirée par le mouvement ! 😉

Tiina Lamminaho

Pour aller plus loin avec Tiina et le Nia :

  • Le compte Facebook de Tiina avec les horaires de ses cours en Bretagne, si ça vous tente d’essayer !
  • Pour trouver un cours près de chez vous ou pour suivre l’actualité du Nia, RDV sur les comptes Instagram et Facebook en français ou sur le site officiel de la communauté française.
  • Et si vous n’avez pas peur de l’anglais, vous aurez accès à de nombreuses ressources sur le site officiel NiaNow et sur la plateforme Nia TV.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.